A la recherche d'une oeuvre en déclin

 

“…n’as-tu pas observé, en te promenant dans cette ville, que d’entre les édifices dont elle est peuplée, les uns sont muets ; les autres parlent ; et d’autres enfin, qui sont les plus rares, chantent ? — Ce n’est pas leur destination, ni même leur figure générale, qui les animent à ce point, ou qui les réduisent au silence. Cela tient au talent de leur constructeur, ou bien à la faveur des Muses…“

Eupalinos ou l’architecte - Paul Valéry


© MAMMA - I.Dahmani - 2019

C’est l’histoire de 2 hommes sont venus pour demander de voir l’oeuvre architecturale qu’avait construit un grand maître d’architecture, ces derniers ont été autorisé à découvrir le bâtiment

Sous l’effet d’une émotion pénible, l’homme répandu des larmes en voyant l’état de cet édifice, comment pourrait-on ne pas en prendre soin ? comment ne pourrait t-on pas voir le génie derrière cette création ? Un massacre inconscient

Jean louis Cohen trouve une résonance de cet édifice avec l’Atlantique et le Brésil, le Centre de rééducation de Tit Mellil (1953-1960) inaugure un nouveau registre associant les envolées des structures de béton brut et les murs blancs, vers lequel Zevaco développera sa démarche ultérieure. Michel Ragon souligne dés 1958 le «lyrisme» et «l’esprit inventif» de ces oeuvres.


© A+U N°1 - ZEVACO

© A+U N°1 - ZEVACO

Le Centre d’observation et de rééducation de Tit Mellil est photographié comme l’arrière plan d’un spectacle intéressant, les pierres en premier plan sont en effet à l’échelle des pilotis massif qui supportent l’amphithéâtre du centre, le bâtiment est interprétée comme une pierre posée dans un paysage désertique.

Les dessins des architectes montrent cette volonté d’intégration du bâtiment dans le paysage, les vues d’ensembles de Zevaco sont très souvent accompagnées d’éléments extérieurs, minéraux ou végétaux.

Les photos de Marc Lacroix introduisent souvent des éléments du décor naturel comme des écorces d’arbres, Agaves et cactus, le sol du pays est mis en valeur et les constructions n’occupent souvent que le tiers de la photographie.


Cet homme visitant cette oeuvre en déclin n’était que l’architecte (Jean-François Zevaco) lui même….